Être freelance et parent : est-ce compatible ?

 parent freelance

Depuis deux ans, je suis une maman entrepreneure. Beaucoup d’entre vous sont également parents freelances. En apparence, il semble que ce double rôle est sans contraintes.
Quelle est la réalité ? Quels sont les points positifs et négatifs ?

Votre flexibilité

Votre enfant est malade ? Vous revoyez votre planning pour l’amener chez le médecin et le garder au chaud à la maison. Vous êtes le seul maître à bord. Vous décidez de déplacer vos rendez-vous professionnels. Vous ne développez pas de plaques d’eczéma devant un patron intransigeant !

Vous dégagez du temps pour déposer et récupérer vos bambins à l’école et à la crèche, pour les congés et les sorties scolaires.

La souplesse, oui, mais pas trop. Cela implique de pallier vos absences en travaillant tard le soir et le week-end. Vous serez fatigué et votre créativité sera impactée. À tout vouloir mener de front, vous risquez de vous épuiser à la tâche. Partagez les allées et venues avec vos proches ou votre baby-sitter.

Votre organisation

Vous n’avez pas le choix : vous aménagez votre emploi du temps pour éviter les horaires à rallonge. Vous planifiez tout pour tenir les délais ! C’est d’autant plus vrai quand votre rejeton est malade ou en vacances ! Vous traitez surtout les délais rouges !

Soyez honnête avec vos clients sur les échéances. 48 heures ne sont pas suffisantes pour livrer vos travaux ? Imposez dans la mesure du possible une autre date ou entourez-vous de partenaires.

Pour prendre de vrais congés avec vos petits, vous œuvrez plus avant et après les vacances scolaires.

Votre productivité

Vous êtes très productif. Vous devez « carburer » dans le temps qui vous est imparti, avant le retour de vos enfants.

Mais, le mercredi quand votre bambin décide de se lover contre vous pendant que vous pianotez, votre efficacité en prend un coup.

Alors, vous mettez un petit dessin animé. Pas évident de se concentrer avec T’Choupi en fond sonore. Quand le volume monte, je change de pièce avec mon ordinateur portable sous le bras.

Un petit gardé

Votre travail nécessite de vous concentrer. Il est nécessaire de faire garder vos petits. Vous vous donnez, ainsi, les moyens de faire fonctionner votre entreprise.

J’ai décidé de confier mes enfants pour me consacrer à mon activité. Nous passons moins de minutes ensemble, mais elles sont de qualité puisque je suis dégagée de mon labeur déjà réalisé.

Exit la culpabilité !

Ne culpabilisez pas parce que vous laissez vos loulous à la cantine ou chez la nourrice. Vous dédiez ces heures à vos prestations. Vous serez ensuite disponible pour jouer.

Ne vous jetez pas non plus la pierre si vous n’avez pas tout cocher sur votre to-do list. Être parent et freelance, c’est se dédoubler. Mais l’humain à ses limites ! Restez calme, réalisez vos priorités et évitez la frustration.

Nous nous sous-estimons souvent. Nous, les parents freelances, décuplons notre énergie en portant une double casquette. Cette vie est donc bien concevable en posant un cadre.

Clara Walter, rédactrice Web et Community Manager pour Rue Quincampoix et maman blogueuse du blog Mon éléphant à pois.

Commentaires

  1. Oh que j’ai l’impression de voir ma vie dans cet article.
    Le point que je déteste le plus dans cette double casquette c’est comme les gens pensent qu’on est super disponible… genre dernier rdv médical pris par tél « oui mais y’a des gens qui travaillent et n’ont pas le choix »… hum hum je travaille aussi… Certes on est plus flexibles mais cette flexibilité demande parfois tellement de chamboulements que ça en est épuisant.

  2. Nous sommes d’accord, le maître mot reste très clairement « l’organisation »…
    Il faut également arrêter avec cette culpabilité : non, non, nos enfants ne sont pas abandonnés lâchement à la garderie ou aux nounous, ils ont même la chance d’avoir papa ou maman qui les emmènent régulièrement à l’école, les y récupèrent même parfois directement sans passer par la case garderie… Mais quand il y’a période de rush professionnel, papa ou maman bossent d’arrache pied et il faut savoir les laisser tranquilles, ça s’apprend avec un peu de temps et de patience… Puis il y’a plein d’activités ludiques et éducatives très intéressantes à faire seul(e) hors des dessins animés, des lego, du dessin, des jeux en plein air, de la lecture, etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *